À quoi devez-vous faire attention pour rouler en toute sécurité ?

Avec le passage à l’heure d’hiver à la fin du mois d’octobre, il fera soudainement sombre plus tôt. De manière générale, on bénéficie de moins de lumière naturelle pendant les mois d’hiver. Dans de telles circonstances, comment veiller à être bien visible en tant que cycliste ?

Faire du vélo en toute sécurité dans l’obscurité commence par un bon éclairage. Le code de la route indique d’ailleurs qu’il faut utiliser l’éclairage « entre la tombée de la nuit et le lever du jour », c’est-à-dire dès qu’il fait noir. Même lorsque la visibilité est limitée à 200 mètres ou moins en raison du brouillard, de la pluie ou de la neige, vous devez allumer vos lumières. L’éclairage obligatoire du vélo se compose d’un feu blanc ou jaune à l’avant et d’un feu rouge à l’arrière. La lumière à l’arrière doit être visible à 100 mètres.

Au lieu d’un éclairage fixe pour vélo, vous pouvez également utiliser un éclairage séparé que vous attachez à vos vêtements ou à un sac à dos. Choisissez un endroit clairement visible, afin de vous assurer d’être vu par les autres usagers de la route. Une bonne idée consiste à toujours avoir en réserve une lumière séparée.

Les phares de votre vélo, avant et arrière, peuvent être allumés ou clignoter en permanence. Mais les feux de vélo clignotants empêchent les autres usagers de la route d’estimer à quelle vitesse et dans quelle direction vous vous déplacez. Mieux vaut donc privilégier une lumière constante.

Plus visible avec un gilet

Il n’est pas obligatoire de porter un gilet fluorescent ou une veste avec des bandes réfléchissantes. Mais : un vêtement aussi  voyant vous rend plus visible dans la circulation. Les autres usagers de la route vous remarquent à une plus grande distance et ce à tout moment de la journée. Quand il fait jour, les couleurs fluorescentes se voient mieux que les autres couleurs. Au crépuscule, les vestes fluorescentes ressortent très bien. Dans l’obscurité, les bandes réfléchissantes vous rendent visible à 150 m lorsque la lumière y est réfléchie.

Vérifiez votre vélo

En plus d’un éclairage avant et arrière, il y a certaines choses dont votre vélo doit absolument être équipé. Un réflecteur blanc à l’avant, un réflecteur rouge à l’arrière, deux bandes réfléchissantes sur chaque pneu (ou deux réflecteurs latéraux par roue) et deux réflecteurs jaune ou orange par pédale sont par exemple obligatoires. Votre vélo doit également disposer d’un frein fonctionnant correctement sur la roue avant et arrière. Pas question, donc, de rouler avec des plaquettes de frein usées : veillez à faire une halte au garage pour les faire remplacer. Votre vélo doit également être pourvu d’une sonnette qui doit être audible jusqu’à 20 mètres.
Les règles ci-dessus s’appliquent à un vélo normal. Des différentes règles sont imposées aux vélos de course, VTT, vélos pour enfants, vélos pliants, mini-vélos et un vélos-cargo.

Voici comment le PDG d’AXA Belgium assure sa visibilité :
Jef Van In est CEO d’AXA Belgium depuis 2016. Depuis plus de vingt ans, il pédale chaque lundi de son domicile jusqu’à Bruxelles aller-retour. « Se rendre au travail à vélo est une solution gagnant-gagnant », déclare Jef. « En arrivant au bureau le matin, j’ai déjà parcouru 40 km et suis en pleine forme et totalement détendu, contrairement à ceux qui passent deux heures dans les embouteillages. C’est bénéfique à l’environnement et à la santé. »

Voir et être vu est sa maxime. « Je suis toujours équipé d’un casque jaune fluorescent, d’un gilet fluorescent, de gants fluorescents, d’une cagoule fluorescente et de chaussures réfléchissantes. J’ai même fait recouvrir mon vélo de jaune fluorescent. J’ai aussi un petit éclairage de vélo que j’utilise toute l’année pour que les automobilistes me voient arriver de loin. »

Le trajet hebdomadaire s’effectue en grande partie sur de bonnes infrastructures cyclables telles que la voie cycliste qui va d’Anvers à Vilvoorde via Malines. En Région bruxelloise, Jef Van a observé une grande progression ces dernières années, mais il faut encore passer à la vitesse supérieure pour créer des infrastructures cyclables sûres.
Selon Jef Van In, en tant que cycliste, vous pouvez contribuer à améliorer la circulation des vélos en toute sécurité en veillant à ce que votre véhicule soit techniquement en ordre, et notamment équipé d’une sonnette et de freins fonctionnant correctement. « En tant qu’usager faible de la route, vous avez également des obligations : respectez toujours le code de la route et pensez également aux autres usagers de la route », conclut-il.

Où devez-vous rouler ?

S’il y a une piste cyclable, en tant que cycliste, vous êtes obligé de l’utiliser. Une piste cyclable est reconnaissable au panneau de signalisation bleu ou à deux lignes interrompues parallèles sur la surface de la route. Une piste cyclable peut avoir un ou deux sens de déplacement. Si elle n’a qu’un seul sens de déplacement, vous ne pouvez pas l’utiliser contre le sens de déplacement.
S’il n’y a pas de piste cyclable, vous devez rouler à droite (dans votre direction) sur la chaussée, le plus près possible du bord droit de la chaussée. ‘Le plus près possible du bord droit’ ne signifie pas que vous devez vous mettre en danger. Ne roulez pas dans la rigole car vous risquez de tomber par-dessus les grilles d’égout. Éloignez-vous également des voitures en stationnement. Ainsi, vous pourrez éviter les ouvertures de portière.
Des pistes cyclables suggérées ont été installées dans certaines rues. Ces bandes colorées alertent les conducteurs de la présence de cyclistes. Mais ce ne sont pas des pistes cyclables : les voitures sont également autorisées à y circuler.
De plus en plus de villes et de communes proposent des rues cyclables. Vous pouvez les reconnaître au panneau de signalisation qui les annonce. En tant que cycliste, lorsque vous circulez dans une rue cyclable, vous ne devez pas rouler aussi près que possible du bord droit. S’il s’agit d’une rue à double sens, vous pouvez utiliser la moitié de la largeur. Dans une rue à sens unique, vous pouvez même circuler sur toute la largeur. Dans une rue cyclable, les voitures ne sont pas autorisées à dépasser les cyclistes. Dans tous les cas, la vitesse est limitée à 30 km/h. Un réseau de rues cyclables contiguës constitue une zone cyclable.

Savoir plus ?

Le Quiz de la Route est réalisé en collaboration avec :

Temps restant: 40